Vie associative et municipalité

Vie associative et municipalité

Notre programme met l’Humain au centre de tous les dispositifs, allie changement et altruisme, engage la tolérance et le respect de tous et dans tous les quartiers. Il met en place de nouvelles pratiques, de nouveaux styles de vie en rapport avec les changements de société (travail, environnement, volonté de sortir de l’individualisme, de l’isolement, de l’entre-soi, d’une économie irrespectueuse de l’Homme et de la Nature.

De plus, puisque « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » (Boileau). Nous faisons l’effort depuis le début, de nous démarquer, de montrer notre particularité en tant que « 4ème liste » et de montrer que nous ne sommes pas une marque, un sujet de marketing………Car nous ne voulons pas nous satisfaire du paraître, du superflu.

Vous trouverez dans notre programme une attention particulière aux mots utilisés. C’est pour quoi notre programme insuffle une économie nouvelle vague, un tourisme révolutionnaire, des logements raisonnés et raisonnables pour La vie biscarrossaise.

C’est ce dont il va être question LA VIE BISCARROSSAISE.

Les communes ont été créées par une loi du 14 décembre 1789. Le législateur a défini ses fonctions, ses compétences. Je vais en rappeler certaines ce soir pour bien montrer l’importance des choix politiques :

  • Développer ou pas un plan d’accès à la culture,
  • Adapter ou pas les équipements sportifs,
  • Accueillir ou pas les actions pour les personnes victimes des aléas de la vie, pour les personnes en difficultés ….

Prenons l’exemple de La culture :

Dans les conditions fixées par la loi, la commune joue un rôle important à travers:

  • Les bibliothèques de prê.
  • Les musées.
  • Les conservatoires municipaux.

Avec la loi du 13 août 2004, les communes ou leurs groupements (communauté des communes des Grands Lacs en ce qui nous concerne) sont chargés de l’organisation et du financement de l’enseignement artistique initial (musique, danse, art dramatique).  

Aussi, dans les compétence d’une municipalité il y a la question de la Prévention de la délinquance, l’action sociale et la santé :

  • Le maire anime et coordonne le C.L.S.P.D. (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance), il est garant de l’animation d’une action générale de  prévention et de développement social sur le territoire de la commune par le biais d’un C.C.A.S.

A cela s’ajoute le nécessaire  soutien et l’encouragement apporte aux associations loi 1901 qui œuvrent dans ces domaine, aux sociétés à économies mixtes qui permettent de réunir autour d’un projet a but non lucratif une municipalité, une ou plusieurs associations, une ou plusieurs entreprises.

En effet, une municipalité a la possibilité de créer et de gérer:

  • Un établissement ou service public à caractère social ou médico-social (centres d’accueil des enfants de moins de six ans, foyers  destinés aux personnes âgées …)
  • A la possibilité de construire ou de subventionner la réalisation d’infrastructures et équipements publics sanitaires  dans un but de maintien des services.
  • Une municipalité a la  possibilité  d’attribution  d’aides  pour  l’installation  ou  le maintien  de  professionnels  de  santé  dans  les  zones déficitaires en offres de soins.

2 exemples pour illustrer ces recommandations de la loi : il y a 2 structures sur Biscarrosse qui existent déjà et qui méritent toute notre attention :

Le CADA (Centre d’accueil de demandeurs d’asile) du Born, association loi 1901, destinée à l’accueil et l’orientation des demandeurs d’asile : ne serait-il pas intéressant en tant que municipalité de soutenir ce dispositif au nom de l’article 1 de notre constitution « les hommes naissent libres et égaux en droits » ?

Art. 1er. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Autre exemple avec une structure qui fait partie du domaine de l’INSERTION par l’ACTIVITÉ ECONOMIQUE : les chemins d’insertion des grands lacs (CIGL) qui fonctionnent aujourd’hui mais qui pourraient être associés à bon nombre de nos plans d’action comme la pépinière maraîchères. Nous soutiendrons bien évidemment leur projet en cours de créer et faire fonctionner une recyclerie.

Dans les devoirs (compétences d’une municipalité) il y a aussi la question de la Formation professionnelle et de l’apprentissage :

  • SOUTENIR L’INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT D’organismes de Formation. Car une municipalité a aussi pour  « objectif  de  mieux  orienter  les  POSSIBILITÉS CONCERNANT la formation professionnelle vers les publics les plus éloignés de l’emploi, de développer la formation dans les petites et moyennes  entreprises,  d’insérer  les  jeunes sur le marché du  travail ».

Enfin, dans le domaine économique une municipalité peut (ou doit ,…., c’est un choix politique) apporter des aides  aux  organismes  qui  participent  à  la  création  ou  à  la reprise d’entreprises.

Je terminerai ce préambule par l’Enseignement et la jeunesse.

Les municipalités sont chargées de l’implantation, de la construction et de la gestion des écoles maternelles et élémentaires, gestion des personnels.

Nous attacherons une attention particulière à l’Organisation d’activités périscolaires toujours dans un soucis d’émancipation personnelle, d’ascenseur social.

Il est à nos yeux important d’insister sur les devoirs d’une municipalité en ce qui concerne la culture :

  • 1% culturel : Insertion  des  œuvres  d’art  dans  certaines  constructions  (1 % du coût de l’investissement) ;
  • Enseignements artistiques : Enseignement  initial  de  la  musique,  de  la  danse  et  de  l’art dramatique  en  vue  d’une  pratique  amateur  ainsi  que  l’offre d’éducation  artistique  en  partenariat  avec  les  établissements scolaires.
  • La gestion des Bibliothèques de prêt municipales.
  • Organisation et financement des musées municipaux
  • Aides aux salles de spectacle cinématographique (art. L.2251-4) : Les communes peuvent attribuer des subventions à des entreprises existantes  ayant  pour  objet  l’exploitation  de salles de spectacle cinématographique.

Du point de vue d’un de nos engagements qui est de combattre l’entre-soi, il est important de vous préciser que nous fonctionnerons au sein du Conseil Municipal de façon volontariste avec des représentants de la population dans les groupes de travail municipaux (les commissions) :

  • Des personnes qualifiées des représentants de la société civile y participeront et seront force de proposition; il y en a parfois aujourd’hui dans les commissions mais ce n’est pas soutenu par la municipalité actuelle. Nous l’encouragerons au profit d’un travail co-construit, partagé, réaliste et sensible aux besoins des biscarrossais.

Les besoins sont croissants. Les besoins sont évolutifs. Nous nous engageons de ce fait, à rester vigilants.

La Vie Biscarrossaise deviendra une référence en matière d’humanité, d’interactions tout en respectant l’environnement. Il s’agira de prôner la considération de tous et dans tous les quartiers. Nous reprendrons ainsi notre ville en main: installer des usages, réinstaller des échanges et des dispositifs, redéfinir l’offre de service public seront nos priorités.

Une fois de plus, c’est un défi à relever mais nous, BISCARROSSE EN COMMUN, nous sommes prêts à soulever ciel et terre pour y parvenir.

Laisser un commentaire