Infrastructures, planification et aménagement du territoire

Infrastructures, planification et aménagement du territoire

Nos priorités d’action :

  • Pour le secteur scolaire, son accessibilité, son attractivité nous déploierons : des moyens en équipements pédagogiques et non pédagogique, un Plan Pluriannuel d’Investissement pour le bâti, la transformation des structures énergivores pour un objectif « 0 gaspi » d’ici 2025, la restauration scolaire par objectif biannuel à partir de la petite enfance pour un objectif « produits bio et locaux », La mise en place d’actions expérimentales « l’orchestre à l’école, la philo à l’école »).
  • Le PRJ (point relais jeunesse), le CHLS devront pouvoir accueillir plus d’enfants.
  • Le secteur sanitaire, médico-social, paramédical sera mis en valeur, priorisé.
  • Pour les qualités sanitaires (eau), une réévaluation et redéfinition du cahier des charges sera soutenue au niveau de l’intercommunalité.
  • Les moyens de déplacements harmonieux et raisonnés seront mis en place
     Les moyens d’être considéré en tant que citoyen biscarrossais seront favorisés : le conseil municipal des enfants, la charte des commissions de quartier, les projets participatifs par quartier, les référendum municipaux, les rendez-vous individualisés avec les élus, les rencontres avec des élus sur le marché, les modes d’information.

1. Le contexte

4933 C’est le nombre de nouveaux biscarrossais entre 1999 et 2016

2011 C’est la date à laquelle le nombre de naissance devient inférieur au nombre de nouveaux arrivants à Biscarrosse : les nouveaux biscarrossais ne sont pas des nouveau-nés.

Les années 80 ont connues une forte augmentation de la population : de 8065 habitants en 1982 à 9054 en 1990 soit prêt de 1000 habitants supplémentaires.
Une autre forte augmentation a eu lieu au début des année 2000 : de 9281 habitants en 1999, Biscarrosse passe à 12031 en 2006 soit 2750 habitants supplémentaires en moins de 10 ans.

L’augmentation de la population est moindre entre 2011 et 2016, mais elle affiche cependant une croissance effective : 1483 biscarrossais supplémentaires.

 

A partir de 1999, le solde migratoire contribue essentiellement à l’évolution de la population biscarrossaise. C’est par ses arrivants que Biscarrosse s’agrandie non par ses naissances.

 

Après 2011, le taux de mortalité devient plus élevé que le taux de natalité. Il y a dès lors plus de personnes qui meurent que de personnes qui naissent à Biscarrosse.

Si elle n’était pas attractive, Biscarrosse se dépeuplerait.

Cela fait 20 ans que Biscarrosse attire de nouveaux arrivants. Cela contribue à une réelle mixité de population venue de différents lieux, avec différentes habitudes de vie. Biscarrosse est donc métissée par cette diversité de population.

Ainsi, aujourd’hui un biscarrossais n’a pas forcément passé toute sa vie à Biscarrosse.

Il arrive à Biscarrosse en ayant eu une expérience de vie sur un autre territoire: il a pu se former ailleurs, se marier ailleurs, avoir un ou des enfants ailleurs….

De ce métissage émane des orientations différentes : certains diront que ces personnes sont mal habituées car elles veulent à Biscarrosse tous les services qu’elles avaient dans une grande ville.

Nous affirmons qu’il n’est pas question de faire croire à la population que Biscarrosse ne peut pas prétendre avoir des équipements dignes de ce nom sous le seul prétexte qu’elle n’est pas « une grande ville ». Bien au contraire, il est pour nous de la responsabilité des élus de rendre accessible ces équipements.

Comme nous le démontrons dans le dossier « se loger à Biscarrosse » :

  • Si l’offre en logements est un moyen majeur pour tendre vers un équilibre à la fois social et générationnel d’un territoire, son efficacité est étroitement liée aux orientations retenues en matière de mixité fonctionnelle (commerces, équipements, services, aménités), d’accessibilité aux emplois et de déplacements.
  • Le budget n’est pas la seule contrainte des élus. La contrainte la plus importante est celle que l’élu se fixe en faisant des choix politiques.

Sinon, que se passe-t-il quand la seule évolution que connait une commune est dans son nombre de logement ?

  • Cette ville devient une ville dortoir.
  • Nous voulons une ville dynamique, vivante, éveillée, accueillante, raisonnée, innovante, épanouissante.
  • Pour cela nous misons sur l’hypothèse suivante : à qualité d’équipements, qualité de vie.
  • Bons nombres de petites villes font le choix d’équipements adaptés à leur population. Des équipements modernes, innovants, répondant aux conditions de vie actuelles : une piscine, des lieux pour pratiquer la culture ou le sport, des tiers lieux , des fablabs (laboratoires de fabrication) , des couveuses , des pépinières .
    Nous misons sur le lien social, sur l’aptitude empathique des biscarrossais.

2. Les enjeux :

De ce fait, nous proposons un plan politique ambitieux d’équipements et services publics :

  • Le secteur scolaire nous interpelle 1( équipements pédagogiques et non pédagogique, Plan Pluriannuel d’Investissement pour le bâti, la transformation des structures énergivores pour un objectif « 0 gaspi », la question de la restauration scolaire par objectif bi-annuel à partir de la petite enfance pour un objectif « produits bio et locaux », les ATSEM et actions expérimentales « l’orchestre à l’école, la philo à l’école »), le PRJ, le CHLS.
  • Le secteur sanitaire, médico-social, paramédical est priorisé 2
  • Les qualités sanitaires (eau) sont aussi une nécessité pour nous 3
  • Les moyens de déplacements harmonieux
  • Les moyens d’être considéré en tant que citoyen biscarrossais :
    • le conseil municipal des enfants,
    • la charte des commissions de quartier,
    • les projets participatifs par quartier,
    • les référendum municipaux,
    • les rendez-vous individualisés avec les élus,
    • les rencontres avec des élus sur le marché,
    • les modes d’information des événements communaux, …. ;
    • la maison des associations/ maison des biscarrossais
  • Les équipements sportifs et culturels (communaux ou intercommunaux)

 

Incidence financière :

La politique consiste en un maillage de choix : nous souhaitons apporter plus de qualité aux prestations municipales et de service public pour harmoniser et entretenir la « Vie biscarrossaise ». C’est un de nos 4 axes fondateurs.

L’entretien, la valorisation du bien commun est une obligation pour une municipalité. Nous ferons faire un inventaire des biens communs (qui n’existe pas aujourd’hui) pour pouvoir mettre en place un Plan Pluriannuel d’Investissement quant aux travaux et aménagements à effectuer.

Les établissements municipaux seront ainsi conformes à nos exigences de qualité et de quantité.

Nous défendons l’idée qu’il est nécessaire de miser sur l’humain : plus d’embauches pour assurer un accompagnement de qualité adapté à l’augmentation de la population. Plus il y aura d’accompagnants, de conseillers, de médiateurs pour informer, guider, contrôler, entraîner, apprendre, …..moins il y aura de situation à risques à gérer. Situations bien plus coûteuses.

De la protection à l’apprentissage en passant par l’émancipation ou l’accès aux droits commun, nous nous devons d’organiser et d’accompagner tous les dispositifs.
Nous n’avons pas encore aujourd’hui un détail précis de la Gestion des Ressources Humaines de la ville mais nous savons d’ores et déjà que 7 cadres vont partir à la retraite d’ici 2 ans : les postes ne seront pas gelés !

Nous savons aussi qu’en défendant des projets soutenus par les commissions Européennes, Régionales, Départementales. Nous sommes à même d’obtenir des subventions.

Ces projets ne sont pas pharaoniques. Il s’agit dans un premier temps d’évaluer et de redistribuer.


1 Voir fiche Ecoles

2 Voir la fiche Action Sociale

3 Voir fiche Qualité de l’eau

Laisser un commentaire