Action sociale et santé

Action sociale et santé

Nos priorités :

Nous proposons une nouvelle feuille de route un projet social communal (inscrit dans une logique de territoire intercommunal) innovant, adapté et prévisionnel.

  • Ajuster les moyens humains et matériels destinés au C.C.A.S. à l’évolution de la population
  • un C.R.A. (Centre Ressources Autisme), un service de P.M.I. (protection maternelle et infantile) , une antenne de la M.L.P.H. (Maison Landaise des Personnes Handicapées),
  • un dispositif de prévention spécifique au Plan Régional de Santé (P.R.S.) organisé par l’Agence Régionale de Santé
  • Inciter les médecins à la prescription d’activité physique pour les personnes atteintes de maladies chroniques (dispositif sport santé)
  • Co-construire une Maison de Santé et une Maison d’accueil d’Urgence 
  • Mettre à disposition des services ou associations dédiées à l’accompagnements des victimes des moyens et des locaux adaptés (bureaux et logements d’urgence)

 

Toutes ces actions liées à la santé, à la prévention sont accessibles sur le territoire de Biscarrosse à 2 conditions :

  • Avoir une politique volontariste en faveur d’un déploiement ambitieux d’outils et de services de santé.

 

Le Contexte :

  1. Le poids des mots, le poids des maux :

Faire le choix de présenter un état des lieux et une analyse des faits sociaux, médico-sociaux, des besoins en matière de santé et des enjeux qui en découlent pourrait être considéré par certains comme le sujet « tarte à la crème » en période électorale.

Pourquoi sommes-nous allés à la pêche aux informations ?

Nous pensons que quand nous manquons d’éléments objectifs, il est difficile de considérer la réalité à bon escient et il est parfois possible de croire en des informations peu vertueuses. Les réseaux sociaux, certains médias et certains discours font parfois l’impasse sur des informations.

Pour cela 2 approches :

  • Le recueil de données par les recensements, les documents livrés par l’administration, les enquêtes publiques.
  • Le recueil des besoins et attentes des biscarrossais, de tous les biscarrossais.

Ceci nous a permis de révéler ce qui nous pose problème, ce qui nous manque.

  1. Intérêt général ou entre-soi :

Nous ne nous fions pas aux préjugés ni aux interprétations qui nous arrangent. Il est très facile quand on est aux manettes d’une commune de faire des choix politiques en fonction d’un intérêt particulier. Il est beaucoup plus audacieux de faire des choix politiques en fonction d’un intérêt général.

Nous sommes une commune, nous avons une vie en commun, notre intérêt est commun et non exclusif.

  1. Déterminisme et non fatalisme

Nous défendons aussi le fait que tout peut s’améliorer :

    • la vulnérabilité n’est pas innée,
    • la difficulté n’est pas irréversible,
    • le dysfonctionnement peut être corrigé.

La place de chacun dans la ville nous importe et nous préoccupe. Les rôles et fonctions de l’élu en découlent. Une commune, si elle considère tous ses habitants permet à chacun de faire face à ses difficultés. Les aléas de la vie touchent toute la population, à n’importe quel âge de la vie, quelles que soient la catégorie socio-professionnelle.

Il est inconcevable pour nous que les possibilités d’accompagnements de ces personnes dans ces moments-là ne soient accessibles qu’à ceux qui peuvent les payer.

C’est de service public dont il est question ici :

  • Des « porteurs de projets » qu’ils soient associatifs ou entrepreneuriaux doivent être encouragés dans la mise en place de leur organisation,
  • Des personnes en couple ou seules, avec ou sans enfants doivent être accompagnées dans l’accès à l’information, aux conseils quand les aléas de la vie les touchent,
  • Des personnes dépendantes ou empêchées doivent se sentir considérées, soutenues et accompagnées dans les actes de la vie quotidienne et dans leurs projets de vie
  • Des enfants, des adolescents doivent avoir accès à des espaces de travail partagé pour bonifier leurs apprentissages (soutien scolaire, rencontres pour leur orientation, partage d’expériences, ….)
  • Des jeunes doivent pouvoir se former sur place en vue d’un emploi à Biscarrosse
  • Cet accès à la formation doit être possible et disponible sur notre territoire pour tous, tout au long de la vie,
  • Les dispositifs doivent être visibles et accessibles 

Des structures, des dispositifs existent à Biscarrosse et nous évaluons le travail qui y est effectué. Les équipes dans ces structures sont forces de propositions, abordent des points d’amélioration, font un travail effectif remarquable.

Par contre, nous faisons l’hypothèse que ce secteur de l’action sociale communale est à redéfinir et à requalifier : son fonctionnement n’a pas suivi l’évolution de la population ni les innovations en matière d’accompagnement social, médico-social et sanitaire.

Nous en savons plus aujourd’hui sur nos possibilités d’actions dans certains domaines :

  • une commune se doit d’être à la pointe en matière de dispositifs adaptés.
  • Une commune se doit d’être innovante dans les dispositifs et les fonctionnements qu’elle propose.
  • L’innovation et l’excellence n’est pas réservée aux élites, elle n’est pas sujette à dépenses excessives mais à des choix politiques.

Il s’agit pour nous de permettre un accompagnement local adéquat et d’anticiper les problématiques à venir.

Les enjeux :

C’est pourquoi, nous proposons un projet social communal (inscrit dans une logique de territoire intercommunal) innovant, adapté et prévisionnel.

L’accompagnement de toutes les tranches d’âges et de toutes les situations nouvelles, délicates, déstructurantes, déviantes, difficiles…s’inscrit dans les compétences d’une commune par le biais de l’action sociale communale.

Le fait de bien vieillir est un enjeu parmi d’autres dans notre ville, nous nous adressons à tous:

  • Bien vivre en couple sans avoir à subir des violences conjugales, des maltraitances en tant qu’enfant,
  • Bien vivre seul avec ou sans enfant sans avoir à subir l’isolement, la déprise de structures médicales, para médicales ou d’accompagnements spécifiques,
  • Bien vivre en tant que jeune sans avoir à subir le manque de lieux repérant et émancipant,

Car toutes les tranches d’âge vivent à Biscarrosse. Une forte attention tout à fait méritée et justifiée était adressée jusqu’alors aux retraités mais cela ne nous suffit pas :

  • Nous prônons une forte justice sociale,
  • Nous voulons que chaque biscarrossais se sente considéré.

Notre démarche des plus innovante pour Biscarrosse en ce qui concerne une démonstration citoyenne et démocratique de notre politique[1] en est le témoignage.

Ici, il est d’avantage question de démontrer et de faire des propositions sur la nécessité d’étayer et de mailler les dispositifs sociaux, médico-sociaux, paramédicaux et sanitaires.

  1. 25,9%[2] : nombre de personnes de moins de 29 ans vivant à Biscarrosse
  2. 38,37% : nombre de personnes âgées de 30 à 59 ans qui vivent à Biscarrosse
  3. 35,81% : nombre de personnes de plus de 60 ans qui vivent à Biscarrosse

repartition

Ce que nous enseigne cette répartition par tranche d’âge est que toutes les tranches d’âges sont représentées : 65% de la population à moins de 60 ans.

Ainsi, nous proposons d’axer notre programme d’action sociale envers :

  • La petite enfance
  • L’enfance et l’adolescence
  • Les majeurs
  • Les personnes avancées dans l’âge.

La petite enfance, les enfants et adolescents :

La crèche accueille 47 places. La structure est localisée en cœur de ville. Une antenne peut être ouverte ponctuellement au cœur des quartiers Sud de Biscarrosse et à la plage[3]. Il en est de même pour les autres dispositifs : la proximité est ici en question.

Certains enfants ont besoins de passer des tests, d’être évalués au vue des observations effectuées par les parents ou l’entourage. Ces tests seront faits à Biscarrosse et non dans une ville limitrophe afin de faciliter l’accès à ces soins, afin de limiter les déplacements. La ville de Parentis bénéficie de l’installation du C.M.P. (centre médico-psychologique) en tant que chef-lieu de canton. Nous proposons que des locaux soient mis à disposition à Biscarrosse afin d’organiser des prestations sur place.[4]

Si un lieu permettant des prestations ponctuelles en prévention, évaluation, suivi, il est tout à fait envisageable de proposer à d’autres dispositifs d’effectuer des permanences ou des ateliers:

  • Un C.R.A. (Centre Ressources Autisme), un service de P.M.I.(protection maternelle et infantile), une antenne de la M.L.P.H.(Maison Landaise des Personnes Handicapées),
  • Un dispositif de prévention spécifique au Plan Régional de Santé (P.R.S.) organisé par l’A.R.S. :

Par exemple, mettre en place des ateliers pédagogiques dans les services de P.M.I., crèches…

  • Pour sensibiliser les équipes aux risques liés à l’exposition à certaines substances (produits d’entretien, peintures, sols, ameublement, jouets, cosmétiques…),
  • Apprendre à mieux lire les étiquettes des produits,
  • Adopter les bons gestes,
  • Etc…
  • Afin de relayer des messages de prévention auprès des parents. *
  • Déployer le « petit cabas », outil d’intervention pour aborder la nutrition avec les enfants de 6 à 11 ans, en milieux scolaire et périscolaire.
  • Améliorer la qualité de la restauration scolaire en s’appuyant notamment sur le portail régional de la restauration collective bio, locale et de qualité.

Il est important de noter que ces dispositifs sont co-financés par l’ARS dans le cadre de son PRS 2018-2028.

Depuis 1975, des associations loi 1901 ont été autorisée à proposer des prestations dans le domaines sanitaire et médico-social.

Force est de constater qu’il y a jusqu’alors très peu d’associations soutenues par la ville de Biscarrosse. Nous souhaitons rétablir ce manque en soutenant ces associations dans la mise à disposition de locaux[5] et par le biais de subventions annuelles en guise de dotation de fonctionnement.

  • Les enfants en situation de handicap accèdent à un mieux-être et à des conditions de vie en société par la mise en place d’activités et d’accompagnements et par un suivi proposé par ces associations. Les champs d’interventions sont variés et adaptés. Ces associations peuvent aussi apporter un temps de répits aux familles.

Biscarrosse ne manque pas de porteurs de projets talentueux. Nous proposons que la commune les encourage et veille à leur développement sur le territoire.

Les adultes :

Les dispositifs déjà existants doivent être évalués et requalifiés car malgré l’augmentation de la population, ces dispositifs et leur mode de fonctionnement n’ont pas évolués : la capacité d’accueil au C.C.A.S. en RDv individuels pour information, consultation , ….,  les capacités d’accueil d’urgence,

Le Projet régional de santé incite à répondre aux besoins de santé des Néo-Aquitains. Pour ce faire, l’ARS met en place un cadre d’action pour tous les acteurs de santé du territoire (professionnels, établissements et services de santé et médico-sociaux, collectivités territoriales, porteurs de politiques publiques), un projet ayant pour vocation de coordonner l’ensemble des politiques publiques de santé (dans les domaines de l’environnement, l’alimentation, l’éducation, la culture, l’aménagement du territoire, le travail, le logement, etc).

C’est une ambition collective qui associe tous les acteurs de santé avec des défis à relever :

  • Prévention à toutes les étapes du parcours de santé
  • Prise en charge à domicile et d’inclusion au plus près du milieu de vie (personnes âgées, en situation de handicap, publics vulnérables)
  • Des offres de soins personnalisée et coordonnée avec une participation active des patients

L’ARS précise les vigilances à avoir sur les territoires :

  • Il est repéré un fort développement des maladies chroniques :

17 % des Néo-Aquitains souffrent d’une maladie chronique, soit 1 million de personnes.

  • L’évolution démographique de la population :

Plus 320 000 nouveaux habitants en 2028 en Nouvelle-Aquitaine, l’équivalent du Lot-et-Garonne et des professionnels de santé 1/3 des médecins généralistes Néo-Aquitains ont plus de 60 ans.

A ce sujet, il est important de noter la possibilité d’attribution  d’aides  pour  l’installation  ou  le maintien  de  professionnels  de  santé  dans  les  zones déficitaires en offres de soins (a été pratiqué par le biais du C.I.A.S. pour la commune d’Ychoux dernier semestre 2019).

  • Le vieillissement de la population 14% des Néo-Aquitains auront 75 ans et + en 2027, contre 11% en 2018
  • Une offre de santé trop orientée vers les soins au détriment de la prévention,
  • La nécessité d’une prise en charge mieux coordonnée et plus personnalisée.

L’ARS co-finance des actions en fonction de ces points de vigilance :

  • Renforcer les dépistages organisés : mobiliser les animateurs de santé publique sur la promotion des dépistages organisés des cancers, faciliter l’accès au dépistage des personnes vulnérables (en situation de précarité, de handicap, gens du voyage…).

Ici aussi, la commune de Biscarrosse doit pouvoir organiser de type d’action ponctuellement et régulièrement.

  • Former et inciter les médecins à la prescription d’activité physique pour les personnes atteintes de maladies chroniques et les personnes sédentaires ou inactives n’atteignant pas la recommandation des 30 minutes d’activité physique par jour.

Ce dispositif « sport santé » a déjà été expérimenté dans de nombreuses ville. Il est entièrement financé par l’ARS et la Sécurité Sociale.

Ce que peut impulser une commune pour que ce soit réalisé ?

  • Afficher une réelle volonté de rendre accessibles ces prestations,
  • Mettre à disposition un local adapté
  • Aider à l’arrêt du tabac: poursuivre la mobilisation autour de l’opération « Moi(s) sans tabac » qui porte ses fruits : 1 million de fumeurs quotidiens de moins en un an en France.
  • Améliorer l’accès aux consultations médicales et aux soins urgents dans l’ensemble du territoire : Biscarrosse se situe désormais à 30 minutes du Centre Hospitalier le plus proche. L’ARS met actuellement en place un dispositif « Maison d’accueil d’urgence » afin de désengorger les service d’urgences ».

Biscarrosse doit postuler à ce type de prise en charge en témoignant de sa capacité à mettre à disposition des locaux adaptés à ce service, service au profit de tout le territoire des communautés des communes des Grands Lacs et de Mimizan (dispositif à interroger au sein du CIAS).

  • Développer les prises en charge ambulatoires, le maintien à domicile et l’inclusion sociale.

Au sein du CCAS et du CIAS, les prestations proposées doivent être maintenues et favorisées. L’organisation doit être soutenue, la formation développée et l’attractivité des fonctions professionnelles afférentes valorisée.

  • Améliorer les parcours de santé, notamment grâce au déploiement des outils numérique

Co-financé par l’ARS, l’assurance maladie, le Conseil Régional (pour la partie équipement), le Conseil Départemental, un tel projet n’est pas inaccessible pour la ville de Biscarrosse et permettrait ainsi d’anticiper les pratiques à venir.

Il s’agit notamment de :

  • favoriser l’utilisation de l’outil Paaco-Globule, logiciel collaboratif et communicant à destination des professionnels, qui facilite la coordination des prises en charge à domicile(expérimenté sur le territoire des Landes),
  • mettre la télémédecine (téléconsultations, télé expertises) au profit des personnes les plus vulnérables.

Toutes ces actions liées à la santé, à la prévention sont accessibles sur le territoire de Biscarrosse à 2 conditions :

Avoir une politique volontariste en faveur d’un déploiement ambitieux d’outils et de services de santé.

Savoir défendre les projets Biscarrossais auprès des partenaires tels que l’ARS, le Conseil Départemental, le Conseil Régional, ….pour faciliter la constitution du projet et son financement. Il est par exemple important que Biscarrosse soit représentée par un de ses élus au Conseil Territorial de Santé des Landes[6].

 

La  participation  aux  différentes  commissions  des  agences régionales de santé fait parti des compétences de la commune.

 

Nous observons qu’ici plusieurs champs d’actions s’entremêlent :

Nous souhaitons que le CCAS de Biscarrosse soit la pierre angulaire de ces dispositifs d’action sanitaire, sociale et médico-sociale municipaux pour que chacun trouve une écoute et une réponse, à tout moment de sa vie, pour faire face à des situations qui nécessitent des besoins spécifiques, un service public adapté de qualité.

Les missions du CCAS, régies sous le code de l’action sociale et des familles, sont de :

  • Animer une action générale de prévention et de développement social dans la commune en liaison étroite avec les institutions publiques et privées existantes,
  • Intervenir sous forme de prestations remboursables ou non remboursables,
  • Participer aux dispositifs d’insertion sociale et professionnelle,
  • Créer et gérer directement tout établissement ou service à caractère social ou médico-social,
  • Agir en faveur et aux côtés des Biscarrossais les plus vulnérables,
  • Organiser les conditions d’accueil, d’écoute, d’information et d’orientation,
  • Favoriser l’accès à une offre de services adaptée aux besoins des publics,
  • Développer des actions collectives,
  • Soutenir l’innovation en s’impliquant dans des réseaux institutionnels et associatifs,
  • Impulser ou participer à des dynamiques partenariales, au service de la solidarité.

Le C.C.A.S. de Biscarrosse accompagne les publics vers l’accès à la culture, aux loisirs, à l’aide alimentaire, aux aides financières et/ou administratives.

Les outils

Le C.C.A.S. réalise annuellement une Analyse des Besoins Sociaux permettant de mieux cerner les besoins de la population, impulser des services apportant des réponses nécessaires aux Biscarrossais qui le sollicitent, coordonner et animer avec ses partenaires une politique d’action sanitaire et sociale, médico-sociale sur l’ensemble du territoire de la ville en complémentarité des prestations du C.I.A.S.

[1] Voir la fiche « vers une politique participative biscarrossaise »

[2] INSEE RP 2016

[3] Voir fiche : utilisation du patrimoine biscarrossais, reconversion de la salle st Exupéry et des locaux municipaux à la plage.

[4] Un lieu sera dédié au suivi et à l’accompagnement de ces actes de soins et d’évaluation.

[5] Voir la partie « gestion du patrimoine biscarrossais »

[6] Une déclinaison territoriale pour la politique de l’Agence Régionale de Santé : la politique régionale de santé sera adaptée dans chaque territoire de la région grâce à la mise en œuvre de plans d’action territoriaux à décliner en lien avec les conseils territoriaux de santé (CTS).

 

Laisser un commentaire